Nouveauté et innovation alimentaire

L’alimentation de demain constitue un grand défi. En fait, si la population mondiale compte aujourd’hui plus de 7 milliards d’habitants, la question qui se pose est comment nourrir 9 milliards d’habitants en 2030 ? Dans les 20 années à venir, ce chiffre va probablement tripler. La plupart des innovations alimentaires requièrent des changements d’habitudes alors que d’autres imposent une modification de la conception culturelle concernant les nourritures communes. Ainsi, ce serait plus difficile de deviner comment sera composé l’assiette de demain. Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur la nouveauté et sur la rénovation alimentaire. 

Innovation alimentaire : présentation 

La rénovation est un moyen qui permet aux entreprises d’entrer en compétition et de prendre une part de responsabilité. C’est un levier qui leur permet de se différencier par rapport à ses concurrents grâce aux nouveaux produits et à des services à plus forte valeur ajoutée qu’elle propose. Ces entreprises conquièrent ainsi de nouveaux marchés tout en satisfaisant les attentes et les aspirations des consommateurs. L’innovation alimentaire connaît régulièrement des changements. D’après une observation, près de 2.500 produits variés sont aperçus chaque année sur le marché français dans le secteur alimentaire. Il est à noter que ce secteur est sous-représenté par les dispositifs de financement public à la Recherche et Développement (R&D) et à l’innovation. L’État a fait établir un certain guide sur l’innovation. La vocation de ce dernier c’est d’inciter les entreprises alimentaires à oser faire régulièrement des projets d’innovation. Ce guide contient également des conseils concernant le financement de ces projets. Par conséquent, les acteurs qui se lancent dans la filière alimentation deviennent de plus en plus nombreux. Pour plus d’information, visitez  foodly.fr/.

Les différents types d’innovation dans le secteur alimentaire

Il est à noter que l’innovation alimentaire d’une entreprise ne se limite pas à un seul type de rénovation mais en combine plusieurs. D’un côté, il y a les innovations technologiques qui comprennent deux sous-types. Ces derniers se distinguent de la rénovation de produits qui vise à interposer de nouveaux produits sur le marché. C’est en fait une action de modifier l’ancien produit pour qu’il soit à la hauteur des attentes du marché et dans le but de favoriser sa compétitivité par rapport aux autres produits actuels. L’innovation de procédé consiste à mettre en œuvre des nouveaux procédés de production, ainsi que des nouvelles méthodes de distribution. 

D’un autre côté, il y a les innovations non-technologiques qui comprennent aussi 4 sous-types. Le premier repose sur tout ce qui a trait à l’innovation de marketing telle que la mise en œuvre de nouveaux concepts et de stratégies de vente ou encore l’amélioration du design de packaging. Puis, il y a aussi l’innovation d’organisation. Il s’agit d’un renouvellement ou d’une amélioration du fonctionnement de l’entreprise. Ensuite, l’innovation environnementale concerne un renouveau de tous les procédés qui génèrent un bénéfice environnemental comparé aux alternatives existantes. Enfin, l’innovation des services qui comme son nom indique apporte des valeurs ajoutées au client. Cela par le biais d’une création de nouvelle méthode d’administration du service ou d’une amélioration des procès déjà existants. 

Se lancer dans l’innovation alimentaire : quid du financement ? 

Si vous projetez de vous lancer dans le domaine, la France dispose d’une large gamme de dispositifs d’aides financières pour un projet d’innovation alimentaire. De la recherche au développement jusqu’au lancement commercial, ces dispositifs ont tout prévu pour vous aider. Un établissement public nommé Bpifrance a été créé afin d’offrir un ensemble de soutien financier aux entreprises qui souhaitent se lancer dans ce domaine. Grâce aux aides fournies par le Bpifrance, l’entreprise en question bénéficiera d’un crédit d’impôt recherche (CIR) comme forme de soutien fiscal à la R&D des entreprises. En outre, les activités fondamentales seront couvertes par la CIR. Si la société souhaite bénéficier du CIR, elle peut vérifier son éligibilité au programme de dépenses de recherche. Pour ce faire, elle doit faire une demande de rescrit fiscal. 

Un petit aperçu de l’assiette de demain

Parmi la grande variété de nourritures sur le marché, il serait difficile de prédire ce que l’assiette de demain va contenir. Par contre, certaines tendances soulignent déjà les nouvelles habitudes alimentaires éventuelles. Les insectes figurent parmi cette innovation du futur. D’après des études, les insectes contiennent une meilleure quantité de protéine par rapport à la viande animale. Les protéines végétales se retrouveront également dans l’assiette de l’avenir. Le soja et les légumes sont par exemple des excellentes sources de protéines. Il paraît qu’ils sont plus riches en protéines par rapport à la chair du bœuf. Il n’est pas étonnant de découvrir des nourritures artificielles dans le futur. En fait, la Nasa y travaille déjà ! Elle travaille sur la création de viande de synthèse, qui d’après les enquêteurs connaît des résultats encourageants. Ainsi, ne soyez plus surpris si des viandes artificielles feront partie de l’innovation alimentaire de demain. Les algues eux aussi feront sûrement partie de cette tendance de demain. Elles détiennent déjà une place très importante dans la nourriture. La spiruline, les algues bleu-vert, l’algue nori et le wakame du Japon en sont des exemples. 

École de cuisine-santé à Nantes : Comment ça fonctionne ?
Comment faire ses glaces soi même avec une sorbetière ?